Desmotsdesimages

16 avril 2017

Générateur d’inspiration

Publié par Des mots...Des images... dans Atelier d'écriture, BIENVENUE, Jouer avec les mots, LIBERTE, Non classé

Pour ce générateur d’inspiration, chaque participant à tour de rôle,  a donné: un pays, un prénom féminin, un ressenti, une marque, une date, un prénom masculin, un proverbe, un cliché, un rêve, un cauchemar, un verbe, un nom, un adjectif, un adverbe, un ustensile, un nombre, un objet du quotidien, un déterminant, un lieu extérieur, une habitation. Il a fallu ensuite créer un texte qui les intègre tous.

Finlande,   Isabelle,   douceur,   Leclerc,   14 janvier 1992,   Fabien,   bien mal acquis ne profite jamais,   tous les manouches sont des voleurs,   voyage sur la lune,   le divorce,   vieillir,    cageot,   chaud,   souvent,   poêle à frire,   47,   tasse,   chaque,   terrasse,   yourte.

Isabelle après son divorce le 14 janvier 1992 n’a pas attendu la douceur des beaux jours pour rejoindre la Finlande et la yourte au fond des bois dans la région des grands lacs.

Après avoir vécu pendant 12 ans avec Fabien dans leur superbe maison du Vésinet, elle a tout quitté. Pas question pour elle de vieillir auprès d’un rejeton de la famille Leclerc si attaché à sa fortune pas toujours très régulière.

Appartement à Courchevel, villa à Saint-Raphaël, yacht dans les îles grecques, manoir en Bretagne et bien sûr leur 400 m2 au Vésinet meublés de magnifiques et surtout leurs très coûteux meubles design. Elle qui n’avait quasiment qu’une poêle à frire, deux tasses, une casserole, deux assiettes et des couverts dans un cageot à son arrivée à Paris s’est très vite laissée séduire par le luxe lorsqu’elle a rencontré Fabien qui fou amoureux d’elle la comblait de cadeaux.

Souvent la titillait le proverbe tant de fois martelé par ses parents : « bien mal acquis ne profite jamais » mais très vite elle le refoulait pour se couler dans sa vie de princesse adulée sans se poser de question. Et puis, à vivre dans ce monde de gens riches elle n’a pu s’empêcher d’être heurtée par les clichés égrenés lors des dîners mondains voire lors des dîners de charité. Combien de fois n’a-t-elle pas entendu « les manouches sont tous des voleurs », « les chômeurs sont des fainéants, s’ils le voulaient vraiment ils trouveraient du travail », « les pauvres, qu’est-ce qu’ils deviendraient sans notre argent ? » et autres poncifs de la droite libérale bien-pensante. Elle se taisait, réinventait son histoire pour échapper à sa conscience.

Petit à petit, cela la minait sournoisement jusqu’à l’empêcher de suivre Fabien dans les dîners. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait jusqu’au jour où elle a démarré son analyse. A chaque avancée dans son parcours, la prise de conscience s’accélérait. Jusqu’alors elle ne s’était pas intéressé à l’origine des fonds dont elle profitait sans se poser  de question. Le nouveau projet de Fabien était d’organiser un voyage sur la lune pour leurs 15 ans de mariage.  Ce projet d’un montant de 47 millions d’euro a mis le feu aux poudres entre eux.  La soudaineté de ce projet et cette arrivée d’argent dont s’enorgueillissait Fabien lui a fait prendre conscience qu’elle vivait dans un monde totalement surfait et décalé de la réalité.

Peu à peu, Isabelle a commencé à s’intéresser à la vie des gens. Elle a pris part par le biais d’associations à l’action envers les plus démunis, les étrangers, les prostituées du Bois de Boulogne, les SDF. Fabien l’encourageait car elle retrouvait de l’énergie et un certain allant. Mais pour lui ce n’étaient que des occupations comme aller faire du shopping ou passer sa matinée au centre de beauté sur les Champs-Elysées.

Puis elle a refusé d’aller à Courchevel, elle n’a pas honoré de sa présence les dîners  de Fabien. Elle préférait sortir et retrouver ses nouveaux amis. Fabien ne s’en offusquait pas car il la voyait revivre. Et pourtant leur complicité n’existait plus, ils ne faisaient plus rien ensemble.

Isabelle a rencontré Joonas, à Paris pour suivre la COP 21 et faire entendre la nécessité d’avancées significatives pour l’avenir de son Pays. Il lui a parlé des lacs, des forêts de la diversité de la nature finlandaise et de la vie simple qu’il menait là-bas. Ils ont vécu quelque chose de fort pendant cette COP 21. Quand il est partie Isabelle s’est sentie terriblement seule. Elle ne voyait pas comment vivre sans lui.

Lors d’un voyage de Fabien au Japon, elle a pris son billet pour la Finlande, pour retrouver Joonas. Elle a expérimenté la vie dans la yourte, la terrasse au bord du lac et le plaisir des choses simples.

A son retour en France, La seule chose qui lui faisait chaud au cœur était de se remémorer sans arrêt ce séjour en Finlande et d’imaginer sa vie avec Joonas. Elle a pris la décision de divorcer.

Et depuis le 14 janvier 1992 , Isabelle et Joonas coulent des jours heureux au pays des grands lacs.

A vous…

Laisser un commentaire

benuzdansleblog |
Youngkempe |
MICHTO OU LA HAINE CRESCENDO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecrivainamateurfr
| Lancel2012
| littérature et société 2012-13