Desmotsdesimages

16 avril 2017

Scène de ménage

Publié par Des mots...Des images... dans Atelier d'écriture, BIENVENUE, Jouer avec les mots, LIBERTE

Ecrire une scène de ménage en y incluant  les expressions suivantes :

-          Laisse-moi finir ma phrase

-          Ça n’a rien à faire ici

-          Tu éludes la question

-          Tu dois finir par comprendre que

-          Il est indiscutable que

-          Ne change pas encore une fois de sujet

-          Tu dévies

-          Ça n’a rien à voir

-          J’ai déjà clairement établi que

-          Ce sont des anecdotes qui n’apportent aucune clarification

-          C’est ce qu’il peut sembler mais le fait est que

-          On doit se rendre clairement compte

H : Dis-donc, je viens de rentrer et j’ai encore trouvé toutes les portes ouvertes et personne à la maison.

F : Ah, bon ? C’est grave ?

H : Oui, c’est grave. N’importe qui pourrait…

F : Mais, il n’y a pas de voleurs ici.

H : Laisse-moi finir ma phrase, veux-tu ? N’importe qui pourrait entrer et faire ses emplettes. Qui le téléviseur, qui l’ordinateur.

F : Mais les gens ont déjà tout cela. Tiens ça fait bien longtemps que je n’ai pas entendu parler de cambriolages dans la région. D’ailleurs, rien n’a été volé, si ? Il manque quelque chose ?

H : Tu éludes la question. Tu dois finir par comprendre que notre maison n’est pas un moulin et qu’elle ne doit pas être ouverte à tout vent. Il est indiscutable que je tiens à mes affaires et que je n’aime pas que des individus viennent y mettre leur nez. Notre maison fait partie de notre intimité.

F : Parlons-en tiens de notre intimité ! J’ai encore trouvé tes chaussettes et ton slip au pied du lit ce matin.

H : Tu dévies. On n’en est pas à faire le catalogue de tout ce qui ne va pas. On en est à discuter de la fermeture de notre maison quand on n’est pas là. Ça n’a rien à voir avec les slips et les chaussettes.

F : On doit se rendre clairement compte que l’on n’accorde pas la même importance aux choses. D’ailleurs, il y a d’autres choses qui m’insupportent. Ton bol qui reste sur la table le matin et puis, tiens l’autre jour tu m’as coupé la parole pendant le dîner chez les Thieyre…

H : Ce sont des anecdotes qui n’apportent aucune clarification au fait que tu laisses tout ouvert.

F : J’ai déjà clairement établi que nous devrions prendre le temps de se poser et de mettre les choses à plat.

H : C’est vrai,la situation se dégrade entre nous. On ne trouve presque plus le temps de faire des choses ensemble.

F : Ça  n’a rien à faire ici. Chacun a ses activités et nous étions bien d’accord que cela participait de notre équilibre.

H : C’est ce qu’il peut sembler mais le fait est que nous pourrions vivre séparément et cela n’irait que mieux.

F : Tiens, l’autre jour Isabelle m’a raconté qu’elle et Thierry étaient allé voir un psychologue ensemble pour faire le point.

H : Ne change pas encore de sujet ! Il ne s’agit pas d’Isabelle mais de nous. Que reste-t-il aujourd’hui de notre complicité légendaire ? Est-ce l’habitude qui nous nuit ? Tu as raison, il faut qu’on se pose et qu’on discute.

A vous d’écrire votre scène de ménage…

Laisser un commentaire

benuzdansleblog |
Youngkempe |
MICHTO OU LA HAINE CRESCENDO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecrivainamateurfr
| Lancel2012
| littérature et société 2012-13