Desmotsdesimages

16 avril 2017

Trois points de vue

Publié par Des mots...Des images... dans Atelier d'écriture, BIENVENUE, Jouer avec les mots, LIBERTE, Non classé

Ecrire trois textes à la 1ère personne qui raconte une histoire avec deux personnages et moi. Histoire basée sur des observations.

1ère personne:

Ce matin il m’est arrivé un truc étrange. J’étais assise au café lorsqu’une dispute débuta au bar. Le ton montait de plus en plus, les clients comme aimantés, avaient tous tourné la tête vers le bar. Deux hommes s’envoyaient à la figure des noms d’oiseaux de plus en plus violents se reprochant l’un l’autre de vivre sur cette terre. L’un, portant casquette à l’envers et jogging à bandes blanches commençait à se mouvoir comme s’il allait partir lorsque l’autre hurlant des insanités l’attrapa par le col de son sweat blanc et lui mit un violent coup de tête. Le premier s’écroula, le nez dégoulinant de sang.  Le second comme pétrifié dans son imper à la Columbo restait là à regarder fixement devant lui. La barmaid effrayée n’avait pu intervenir avant que l’affaire ne s’envenime. Elle saisit son téléphone et s’éloigna un peu de la scène pour appeler la police. Je me précipitai vers l’homme à terre car il semblait inconscient et comme je viens de suivre un cours de secourisme, je n’ai eu aucun mal à le mettre en position latérale de sécurité faisant de son blouson posé sur le tabouret un coussin pour la tête. La police arriva sur ces entrefaites et intima l’ordre à l’assaillant qui n’avait pas bougé d’un pouce, de poser les mains et la tête sur le bar. Il commença à vociférer dans sa barbe quand les policiers à l’oreille efficace l’ont brutalement menotté et mis à genou. Je demeurai à côté du jeune homme à la casquette jusqu’à ce que les pompiers arrivent.

2ème personne:

Alors que j’étais tranquillement en train de boire mon petit verre de blanc au bar ce matin, un blanc-bec boutonneux me donna un coup de coude. Je lui demandai de me présenter des excuses quand il se mit à me traiter de tous les noms. Ayant essayé de lui rabattre le caquet je n’en pouvais plus. Mon sang n’a  fait qu’un tour et le coup de boule est parti. Surpris par mon manque de contrôle j’en restais stupéfié. C’est alors que les flics sont arrivés et m’ont brutalement menotté. Avant que je ne puisse dire ou faire quoi que ce soit, je me retrouvai à genou sur le carrelage du bistrot. J’ai bien évidemment fini au commissariat à deux rues de là où il m’a été bien difficile d’expliquer ma conduite. Depuis que je suis au chômage, je suis de plus en plus coléreux et la situation ne fait qu’empirer de semaine en semaine. Les catastrophes s’enchaînent.

3ème personne:

Comme tous les jours à 8h1/2 je suis allé prendre mon café au bar du Gallia avant d’aller bosser. Je buvais tranquillement mon kawa quand le mec d’à côté m’a demandé ce que j’avais. Il m’a dit de faire gaffe car soi-disant je venais de le bousculer. Je n’avais pourtant qu’à peine frôlé son coude. Je lui ai dit d’aller se faire foutre et que le bar était à tout le monde. Il a commencé à m’insulter et moi qui en connais un rayon niveau insultes j’ai embrayé. Je pensais qu’il allait se calmer et c’est là qu’il m’a foutu un coup de boule des familles. Je me suis réveillé aux urgences de l’hôpital Cochin, le nez comme une grosse patate douloureuse. Les flics sont venus m’interroger et m’ont fixé un rendez-vous pour le lendemain afin de déposer plainte. A midi, j’ai pu récupérer mon téléphone et appeler mon patron qui a commencé par m’engueuler avant que je puisse lui dire que j’étais aux urgences. J’espère que je ne vais pas perdre mon boulot à cause de cette histoire de mec à la con qui ne se contrôle pas.

A vous…

Laisser un commentaire

benuzdansleblog |
Youngkempe |
MICHTO OU LA HAINE CRESCENDO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecrivainamateurfr
| Lancel2012
| littérature et société 2012-13